LoLiTa : Logiciels Libres à Tahiti et dans les îles
Open Street Map : un SIG libre

Séance de cartographie de Tahiti

La cartographie dont vous êtes le héros !

vendredi 3 avril 2009 par Mrs Wilt

Après avoir fait quelques balades en voiture, à vélo, ou à pied, accompagné de votre GPS, vous avez sûrement remarqué que vous étiez en train de retracer une carte des routes que vous empruntiez. Si chacun pouvait faire de même, vous auriez rapidement une cartographie du monde entier. C’est sur ce principe qu’est basé OpenStreetMap.

OpenStreetMap est un peu le Wikipedia des cartes routières. Vous pouvez y charger vos traces GPS et décalquer les rues manquantes. L’aboutissement serait l’obtention d’une carte mondiale libre de droits. En d’autres termes, vous pouvez la copier, l’imprimer, en récupérer des morceaux, l’inclure sur votre site internet pour situer votre commerce, l’inclure dans un système GPS, l’utiliser pour une œuvre d’art : tout ce que vous n’avez pas le droit de faire avec les cartes classiques.

Jeudi 27 mars, l’association LoLiTa recevait à Te Fare Tauhiti Nui les "néogéographes" du fenua pour leur présenter cette application libre accessible depuis un simple navigateur. Le Ministre du Tourisme et de l’Économie numérique, monsieur Jacqui Drollet, a participé activement à cette séance.

Arnaud Jordan, secrétaire de l’association LoLiTa, a effectué cette présentation d’Open Street Map face à quelques personnalités de la place, parmi lesquelles nous pouvons citer messieurs Patrick Capolsini, responsable du département Sciences et Technologies de l’Université de la Polynésie française, Vincent Madelain, directeur de la société Geomatrix ou Tamatoa Pommier, chef du service des postes et télécommunications.

Tahiti est d'ores et déjà mieux cartographiée sous OpenStreetMap que sous les autres plans en ligne.

Le projet OpenStreetMap prend de l’ampleur, partout dans le monde.

Les contributeurs d’OpenStreetMap sont de plus en plus nombreux. Alors qu’ils n’étaient que 2 500 dans le monde en juillet 2006, ils sont aujourd’hui plus de 30 000 contributeurs. En France, ils étaient moins de 100 contributeurs actifs début 2008, et ils sont près de 2 500 en janvier 2009, selon les statistiques du site. Et trentaine en Polynésie...

Participer à OpenStreetMap c’est travailler participer à une œuvre collective et utile.

C’est un projet libre auquel on peut participer simplement car le site www.openstreetmap.org offre tous les supports nécessaires et chacun peut démarrer en quelques heures. Ainsi, pas besoin de connaissances informatiques ou cartographiques très pointues.

La plate-forme technique nécessite une bonne heure de prise en main, une connexion Internet correcte, ce qui permet d’écarter les contributions ponctuelles fantaisistes, mais garantit à tous ceux qui veulent sincèrement contribuer de pouvoir le faire rapidement.

Un cercle vertueux se met en place dans lequel la croissance des contributeurs permet au projet d’avancer et à la carte de se compléter, la rendant plus utile, plus connue et suscitant alors de nouvelles contributions.

Contribuer, c’est également une activité sociale dont les “mapping parties” sont le point culminant. Le but : se retrouver à plusieurs pour cartographier telle ville, tel quartier, améliorer une zone mal couverte… LoLiTa a pour projet d’en organiser une dans les mois à venir, sans doute le 1er jeudi du mois de mai 2009. Ce sont des moments importants pour homogénéiser les pratiques techniques, mais aussi pour échanger des idées, travailler et avancer ensemble... Ce point nous parait important pour un projet qui pourrait éclater sous la diversité des approches de ses contributeurs.

Les entreprises et les institutions commencent à s’intéresser au projet, grâce aux associations et aux participants, devenus en quelque sorte les ambassadeurs d’OpenStreetMap, qu’ils essayent de faire connaître, parfois en tant que projet communautaire intéressant, suscitant ainsi de nouvelles vocations de contributeurs, mais aussi en tant que base de données libre de droit.

Outre la solidité de sa plate-forme technique, OpenStreetMap doit son succès à l’implication d’un nombre de plus en plus important de contributeurs.

OpenStreetMap semble bien parti pour devenir une base de données de référence. N’avez-vous pas envie d’y participer ?

OpenStreetMap en quelques mots

JPEG - 65.9 ko

Le projet est né officiellement en août 2004, date du dépôt du nom de domaine : www.openstreetmap.org, à l’initiative de Steve Coast. À l’image de Wikipedia, il s’agit de construire une carte numérique du monde (exploitable pour la navigation) libre de droits, alimentée par des contributeurs volontaires qui déposent des traces GPS, des points remarquables et saisissent eux-mêmes les entités géographiques.

Alors qu’il suffit d’un clavier et d’une connexion Internet pour contribuer à Wikipedia, il suffit d’une connaissance locale du terrain pour enrichir OpenStreetMap par décalquage de photos aériennes, ou d’utiliser des points GPS. Certains se contentent d’y ajouter des photos "géotaggées" ou de renseigner des attributs.

Le site offre différents outils pour afficher les traces GPS, les digitaliser, les enrichir de tags (attributs et étiquettes) le tout dans un modèle de données très simple mais efficace. La carte en train de se construire est visible par tous et la base de données peut alimenter sites internets, SIG, assistants personnels et GPS.

En avril 2008, 250 000 millions de points GPS étaient enregistrés dans la base. Le projet bénéficie de dons importants, soit en données l’éditeur AND a offert la totalité de sa base routière sur les Pays-Bas, Yahoo donne accès à ses photographies aériennes…) soit en matériel (GPS par exemple).

L’alimentation se fait en fonction des centres d’intérêt et des possibilités des contributeurs, ce qui amène de grosses disparités locales, régionales et nationales. La carte de Tahiti ressemble un peu à une tranche de gruyère, comme beaucoup de régions du globe… mais les trous se comblent.


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 3599 / 766073

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site L’association LoLiTa  Suivre la vie du site Manifestations  Suivre la vie du site La semaine du Libre 2009   ?    |    Les sites syndiqués OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 2.0.26 + AHUNTSIC , Powered by Mana

Creative Commons License